Menu

Entreprise SOSSON

"Garantir un confort thermique de vie toute l'année"


Rédigé le Mardi 12 Mars 2019 à 16:10 | Lu 113 commentaire(s)

"Ni trop, ni pas assez" pourrait définir la notion de confort thermique. Notre souhait est donc de vous construire des maisons à température constante, vecteur agréable mais aussi levier d'économie !


Définition théorique

Le confort thermique est défini comme "un état de satisfaction du corps vis-à-vis de l'environnement thermique".

Le confort thermique est traditionnellement lié à 6 paramètres :

  1. Le métabolisme, qui est la production de chaleur interne au corps humain permettant de maintenir celui-ci autour de 36,7°C. Un métabolisme de travail correspondant à une activité particulière s’ajoute au métabolisme de base du corps au repos.
     
  2. L'habillement, qui représente une résistance thermique aux échanges de chaleur entre la surface de la peau et l'environnement.
     
  3. La température ambiante de l’air Ta.
     
  4. La température moyenne des parois Tp.
     
  5. L'humidité relative de l'air (HR), qui est le rapport exprimé en pourcentage entre la quantité d'eau contenue dans l'air à la température ta et la quantité maximale d'eau contenue à la même température. 
     
  6. La vitesse de l'air, qui influence les échanges de chaleur par convection. Dans le bâtiment, les vitesses de l'air ne dépassent généralement pas 0,2 m/s. 

Notez que de façon simplifiée, on définit une température de confort ressentie (appelée aussi "température opérative" ou "température résultante sèche") : 

T°opérative = (T°air + T°parois) / 2   

Cette relation simple s'applique pour autant que la vitesse de l'air ne dépasse pas 0,2 m/s. 

Ainsi, le lundi matin, la température des parois est encore basse et le confort thermique risque de ne pas être atteint malgré la température de l'air de 20 ou 21°C...


Qu’est-ce que le confort thermique dans une maison ?

Le confort thermique correspond au ressenti d’une personne n’ayant ni trop chaud, ni trop froid.

La sensation de confort ou d’inconfort thermique dépend de la température et de l’hygrométrie ambiantes, des éventuels courants d’air ainsi que du métabolisme de chacun. Le confort est aussi lié à l’homogénéité de la température dans la pièce et à l’absence de parois froides.
Quels sont les différents échanges thermiques possibles ?

Les échanges de chaleur se font suivant 3 mécanismes :
  • la conduction, c’est-à-dire le contact direct entre deux corps de température différente ;
  • la convection, qui fait monter l’air chaud dans la pièce ;
  • le rayonnement, qui réchauffe un corps par les rayons infrarouges d’une source de chaleur (le soleil par exemple).
Existe-t-il des modes de diffusion de chaleur plus confortables que d’autres ?

Les constructeurs élaborent sans cesse de nouveaux modes de chauffage capables d'ajuster les différents paramètres du confort thermique. Ainsi les systèmes comme les planchers, murs ou plafonds chauffant-rafraîchissants offrent une chaleur homogène grâce à leur fonctionnement en rayonnement, ne modifient pas l'hygrométrie ambiante (pas d'assèchement d'air) et ne créent pas de mouvement d'air. Leur fonctionnement à basse et très basse température permet d'obtenir un très faible écart de température entre les parois et l'air ambiant, gage d'un confort optimal.